• Avenue Leclerc: bandes cyclables?

     La bande cyclable de l'avenue Général Leclerc longe un axe fréquenté qui rejoint la sortie sud de la ville...

    La bande cyclable de l'avenue Général Leclerc longe un axe fréquenté qui rejoint la sortie sud de la ville et qui dessert plusieurs ensembles résidentiels, de nombreux commerces et entreprises mais également des sites sportifs, des établissements scolaires dont un IUT, un lycée et un collège, sans oublier la médiathèque.

    Cet aménagement est censé proposer un cheminement plus sûr aux cyclistes en matérialisant le partage de la voie par un marquage au sol. Pourtant, de nombreux cyclistes lui préfèrent un itinéraire alternatif parallèle, qui emprunte les rues du 11 Novembre et Vimaine. Comment expliquer cette désaffection pour l'itinéraire le plus direct?

    Tout d'abord, cette bande cyclable ne commence qu'à 1,5 kilomètres du centre-ville, ce qui oblige le cycliste à se mêler à la circulation automobile et à appréhender des secteurs compliqués tels que les carrefours du Cours Brillier.  De même, dans sa partie sud, la bande cyclable s'interrompt sans raison apparente au niveau du lycée Galilée.

    Cette bande cyclable, d'une largeur de 1m10 (la largeur préconisée est de 1m50) , longe dans les deux sens, des places de parking si exiguës que bon nombre de véhicules en stationnement empiètent sur la voie. En plus de réduire l'espace réservé au vélo, ces véhicules représentent un danger pour les cyclistes. Nul n'est à l'abri d'une portière qui s'ouvre de manière intempestive ou d'un automobiliste quittant sa place de parking sans signaler sa manœuvre. 

    Avenue Général Leclerc: des bandes de moins en moins cyclables!Avenue Général Leclerc: des bandes de moins en moins cyclables!

    Véhicule empiétant ou stationné sur la bande cyclable

    De plus, cette bande cyclable donne à la fois au cycliste et à l'automobiliste un faux sentiment de sécurité.  Pour le premier, elle cantonne le cycliste dans un couloir délimité par une ligne blanche discontinue, ce qui le dispense souvent de respecter la distance de sécurité préconisée à 1 mètre en agglomération. Si bien qu'il n'est pas rare de se faire frôler par des véhicules lancés à 50km/h. Le cycliste, quant à lui, peut avoir l'impression d'évoluer en toute sécurité dans son couloir, mais il doit aussi prendre garde aux véhicules qui coupent ou empruntent la bande cyclable sur quelques mètres pour contourner une voiture qui tourne à gauche, par exemple.

    Enfin, ces bandes cyclables font l'objet d'un entretien qui laisse à désirer. C'est en effet en bordure de chaussée que se concentrent gravillons, feuilles mortes et débris divers chassés par les roues des véhicules. Et, à défaut d'un nettoyage régulier, la voie devient très vite inconfortable, voire dangereuse. Il existe pourtant des petits camions blancs qui traquent le moindre gravillon avec force jet d'eau et air pulsé mais il semble que les bandes cyclables ne fassent pas partie de leurs préoccupations.

    Les bandes cyclables de l'Avenue Général Leclerc sont loin d'offrir un cheminement continu et sécurisé à partir du centre-ville. Elles restent peu fréquentées alors qu'elles pourraient permettre à de nombreux habitants de se rendre à leur travail ou sur leurs lieux de loisir à vélo. Encore une fois, il ne suffit pas de tracer quelques marques blanches à moindres frais sur une avenue pour encourager la pratique utilitaire du vélo. D'ailleurs, ces marques sont de moins en moins blanches et les pictogrammes "vélo" sont de moins en moins visibles, un peu à l'image de la politique vélo à Vienne. 

    Avenue Général Leclerc: des bandes de moins en moins cyclables!Pictogrammes peu visibles


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :